Rechercher
  • Romain

Qu'est-ce qu'une rémunération juste ?

Dernière mise à jour : 29 avr. 2021


C’est un des volets sociaux de notre projet que de permettre aux responsables de projets et planteurs d'arbre de pouvoir vivre décemment de son travail, a fortiori si celui-ci constitue une activité essentielle à notre avenir commun.

Par mesure d'objectivité sur le concept et l’application de rémunération juste, nous suivons les recommandations prônées par Global Living Wage Coalition.


Définition d'une rémunération juste


Selon cet organisme, un salaire de subsistance se définit ainsi :


La rémunération perçue pour une semaine de travail standard par un travailleur dans un lieu donné suffisant pour offrir un niveau de vie décent au travailleur et à sa famille. Les éléments d'un niveau de vie décent comprennent la nourriture, l'eau, le logement, l'éducation, les soins de santé, le transport, l'habillement et d'autres besoins essentiels, y compris la prise en charge d'événements imprévus.


Cette définition incorpore les principales idées trouvées dans plus de 60 descriptions et définitions d’un salaire décent issus des Déclarations des Droits de l'Homme ; constitutions nationales ; Codes de conduite des ONG, des multinationales et des entreprises ; documents de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) ; et de déclarations de personnages historiques majeurs.

Son évaluation chiffrée : la méthodologie Anker

Pour de nombreux pays, une méthodologie précise (Méthodologie Anker), vise à estimer ce que sont des salaires de subsistance avec la double exigence que ceux-ci soient à la fois comparables au niveau international et spécifiques localement.


10 points clés de cette méthode :

  1. Méthode universelle et pertinente pour tous les pays ;

  2. Spécifique dans l’espace et le temps ;

  3. Comparable au niveau international mais spécifique au niveau local.

  4. Centrée autour du principe de "style de vie basique, mais néanmoins décent".

  5. Prise en compte des prélèvements obligatoires (impôts, sécurité sociale, etc.) afin d'assurer un revenu disponible suffisant.

  6. Répartition des dépenses en 3 catégories : nourriture, logement et tout le reste.

  7. Les coûts de logement sont estimés en utilisant les normes internationales et nationales de décence.

  8. Les dépenses non alimentaires et non liés au logement comprennent les dépenses pour tout le reste, des vêtements aux transports. Une attention particulière est accordée pour s'assurer que les soins de santé et l'éducation sont couverts.

  9. Le salaire de subsistance contient provision financière pour faire face aux événements imprévus (un supplément de 5% des coûts totaux est ajouté).

  10. Intégration de la taille typique de la famille dans cette région et du nombre typique de travailleurs équivalents temps plein par famille.


L'exemple de l'Afrique du Sud :


Les données suivantes sont disponibles sur le site de Global Living Wage et leur mise à jour en 2019.



Pour Foliumize, ce salaire de subsistance ainsi calculé représente un minimum et non pas un objectif en soi.


Notre souhait est évidemment de viser au-delà.


Avec Foliumize, chaque reproduction d'art finance, notamment, la création d'emploi rémunéré pour la communauté locale.