Rechercher
  • Romain

«L’humanité fait la guerre à la nature»

Dernière mise à jour : 13 avr. 2021

«L’humanité fait la guerre à la nature» António Guterres Secrétaire général de l’ONU - 2 décembre 2020

flag united nations ONU

Il est des occasions où le résumé et la paraphrase ne rendent pas justice aux propos tenus. Le constat sur l'état alarmant de notre planète du Secrétaire général des Nations Unis est sans équivoque. Ce discours que vous retrouverez d’ici quelques lignes est fondamental, car il dépeint l'état actuel de la planète et les enjeux à venir.


Dans ce discours, la juxtaposition de l'épidémie de COVID-19 avec des constats comme la perte de biodiversité, la déforestation, le dérèglement climatique et leur funèbre cortège de conséquences, est révélatrice de l'état d'urgence dans lequel nous nous trouvons tous. Ce qui amène le Secrétaire général des Nations Unis à en déduire que : «Se relever de la COVID-19 et réparer notre planète doivent être les deux faces d’une même pièce.»


L’urgence d’agir chacun à son niveau, à son rythme est plus que jamais nécessaire. Comprendre la conséquence de nos actes et prendre conscience que nous pouvons défaire ce qui a été amorcé avant nous.


Agir ? Peut-être l’a-t-on trop entendu me direz-vous ? Et vous avez raison. Mais c’est bien cela qui est dommage. Le pire n’est jamais certain, mais là il commence à devenir plus que probable. Et ce n’est pas que nous qui le disons.


Le constat


Voici donc l'extrait du discours d’António Guterres, le Secrétaire général de l’ONU le 2 décembre 2020 à l'Université Columbia à New York. Pour son intégralité, c'est ici en version texte.




Morceaux choisis


En voici des extraits et il n'a pas été facile de choisir d'isoler tel ou tel propos, car il reflète tous à l'heure une facette de cette situation critique :


« [...] Nous faisons face à une pandémie dévastatrice, le réchauffement planétaire atteint de nouveaux sommets, la dégradation de l’environnement n’a jamais été pire et nous accusons de nouveaux reculs sur la voie des objectifs mondiaux qui pourraient rendre possible un développement plus équitable, plus inclusif et plus durable. [...]


L’humanité fait la guerre à la nature. C’est une entreprise suicidaire. [...]


Chaque année, nous perdons 10 millions d’hectares de forêts. [...]


N’oublions pas que 75 % des maladies infectieuses humaines émergentes ou nouvelles sont des zoonoses. [...]


L’année 2020 est en passe de devenir l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial – en dépit de l’effet refroidissant qu’a eu La Nina cette année. [...]


Et cela rend l’action que nous menons en faveur de la paix encore plus difficile, car ces perturbations sont à l’origine d’instabilités, de déplacements et de conflits. [...]


Ce n’est pas une coïncidence si 70 % des pays les plus vulnérables face aux changements climatiques sont aussi parmi les plus fragiles sur les plans politique et économique. [...]


Comme toujours, ce sont les personnes les plus vulnérables au monde qui sont les plus touchées. [...]


Ce sont les personnes qui ont la moindre part de responsabilité dans le problème qui en souffrent le plus. [...]


Faire la paix avec la nature sera la grande œuvre du XXIe siècle. Ce doit être la première priorité. La priorité absolue. Pour tout le monde. Partout. [...]


Mais pour la planète, il n’existe pas de vaccin. La nature a besoin d’un plan de sauvetage.


En venant à bout de la pandémie, nous pouvons également éviter le cataclysme climatique et restaurer notre planète. [...] »


Fort de ce long et édifiant constat, deux solutions semblent se dessiner : agir ou bien ignorer.


À son humble échelle Foliumize œuvre pour des projets ayant des impacts écologiques et sociaux positifs. Notre ADN est par construction écologique.


Découvrir notre mission et notre histoire.


Ensemble, nous pouvons agir et inspirer le plus grand nombre et réenchantez le monde.